Boko_Haram_City080914300

Le TRIBUNAL ARTICLE 53 et le MOUVEMENT DE FEVRIER 2008 réunis en session extraordinaire pour analyser la hausse des prix des produits pétroliers, dénonçons ce énième coup de poignard dans le dos du peuple camerounais.

Le FMI et la BANQUE MONDIALE viennent de donner un coup de pouce au peuple camerounais en lui donnant l’occasion de chasser du pouvoir un régime infâme et illégitime qui veut à tout prix asphyxier le peuple souverain. Le peuple réagirait dans la rue que personne ne serait surpris !

Une décision illégale, inique, injuste et anticonstitutionnelle qui prouve que le Cameroun n’est pas gouverné :

En laissant un haut commis de l’Etat signé une décision le gouvernement de la République vient d’une part de commettre un non sens juridique et une faute politique grave. Désavoué publiquement un premier ministre qui aurait du démissionner il y a des lustres tant les couleuvres avalées bloquent la gorge. Décider avant de négocier est une approche dictatoriale. Le gouvernement aurait du négocier avant dans un pays ou la situation sociale est explosive

Une décision inopportune, porteuse des germes de perturbations sociales :

Les conditions d’une explosion sociales sont réunies :
Problème d’énergie
Problème d’eau
Insécurité à l’intérieure et aux frontières
École, santé, qualité de vie exécrable.
Chômages des jeunes

Au moment ou le Cameroun est attaqué à ses frontières par quelque bandit que ce gouvernement incapables peine à endiguer, il aurait fallu mobiliser le peuple et les énergies pour cette cause nationale au lieu de cette hausse qui ne règle rien.

Le TRIBUNAL ARTICLE 53 et le MOUVEMENT de FEVRIER 2008 déclarent haut et fort leur désaccord sur cette hausse inopportune des prix de pétroliers.
Nous disons que cette hausse des prix qui aura une incidence sur les transports, les denrées de premières s nécessité sont de nature à perturber la paix déjà factice et fragile.
La preuve de plus de la navigation à vue, de l’illégitimité et de l’irresponsabilité de nos gouvernants avec comme dénominateur communs : antipatriotisme, insouciance d’une classe bourgeoise corrompue insensible aux souffrances du vaillant peuple.

Ce gouvernement a déclaré la guerre au peuple. Légitimement ce dernier est en droit de se défendre. Ce gouvernement qui nous parle d’augmenter les salaires comme si les 80% de camerounais du secteur informel, agricole, et autre avait un salaire !!! Des balivernes. Augmenter même de 100% le salaire de moins d’un million de personne sur 30 millions est une escroquerie politique.

La perturbation de cette paix fragile est annoncée pour lundi avec des grèves illimitées. Février 2008 s’annonce-t il encore ? Nous lançons un appel à toutes les forces vives de la nation BENSKINNEUR, TAXIMEN, FONCTIONNAIRES, COMMERCANTS, SYNDICATS, ETUDIANTS, et AUTRES à se mobiliser massivement pour respecter ce mot d’ordre de grève et faire obstacle à l’imposture d’uen classe politique en fin de règne

Le pouvoir de Yaoundé n’a pas intérêt à revivre un février 2008 en juillet 2014!
NON NON NON A LA HAUSSE DES PRIX DE PRODUITS PETROLIERS !!!!!

Fait à Douala le 3 juillet 2014

© KUISSU GERARD pour le TRIBUNAL ARTICLE 53 et TCHANGUE Marcel pour le MOUVEMENT FEVRIER 2008