Film_Ouandie150214500

LE SILENCE ET LE MYSTÈRE qui entourent les évènements dramatiques qui se sont déroulés entre 1957 et 1971 au Cameroun, perpétuent une souffrance aux conséquences parfois dramatiques pour les familles des victimes de la lutte pour l’indépendance, qui estiment que le sacrifice de leurs proches n’est toujours pas suffisamment reconnu.Exécuté par les autorités camerounaises en 1971, Ernest Ouandié, le combattant pour la liberté, laisse derrière lui Ernestine, une fille qu’il n’a jamais connu. A travers le témoignage d’Ernestine, UNE FEUILLE DANS LE VENT nous offre un regard sur les conséquences du colonialisme et nous laisse avec cette question: le sacrifice est-il le prix à payer pour la liberté?"(1)

Jean-Marie Teno s’emploie, on le sait, à pointer les séquelles du colonialisme dans les destinées individuelles. En faisant la rencontre en 2004 d’Ernestine Ouandie, fille d’Ernest Ouandie, ce leader de l’UPC qui avait mené, de la fin des années 50 à la fin des années 60, la lutte armée pour l’indépendance du Cameroun,puis contre le pouvoir (Ahidjo) mis en place par l’ancien colonisateur. La jeune femme lui raconte sa vie dramatique : sans père et avec une mère qui la rejette, le poids du silence et l’échec de ses recherches de la vérité sur l’assassinat de son père en 1971 par les autorités camerounaises.

Le film de Jean-Marie Teno a l'immense mérite de remettre à jour sur un mode personnel cette histoire déniée à l'occasion d'une rencontre, en 2004, avec Ernestine qui lui livre la douloureuse histoire de sa vie, abandonnée par sa mère à l'âge de dix ans au Ghana chez une tante qui lui a fait subir un véritable calvaire. Le parallèle entre son histoire personnelle et celle du Cameroun saute bien sûr aux yeux, posant crûment la question des séquelles de la sauvagerie coloniale. Le suicide d'Ernestine en 2009 vient prouver s'il le fallait encore combien les conséquences psychologiques sont difficiles à éradiquer.

Ayant enfin pu s'émanciper de son enfance meurtrie, elle rentre au Cameroun en 1987 pour retrouver les traces de son père et va se retrouver face au mur du silence. C'est ainsi que son calvaire continue, feuille au vent qui ne sait où s'accrocher.

Si son témoignage prend une telle force, dépassant l'expérience singulière pour interroger le rapport du Cameroun à son histoire, et de tout peuple à son passé, c'est que Jean-Marie Teno sait la filmer en dignité. Dans l'épure d'un seul plan fixe entremêlé de photos d'archives et des puissantes illustrations de Kamo Samba qui viennent relayer son récit, ne se rapprochant que rarement de son visage, mais dans un angle de légère contre-plongée qui nous ouvre à partager son émotion, Teno construit entièrement son film sur ce poignant témoignage. La voix-off du réalisateur vient parfois donner quelques éclairages et interroger le spectateur : "Avons-nous été au niveau du sacrifice de ces hommes ?"

Comment un enfant camerounais peut-il se poser la question alors qu'on lui cache son histoire nationale ? "Le silence ne nous mènera nulle part", dit Ernestine, tandis que les grandes figures de l'indépendance sont condamnées à rester des âmes errantes. Avec une mémoire en lambeaux, Ernestine ne pouvait se restructurer après la violence subie. Sans une mise à plat du passé, le Cameroun le pourra-t-il ?

Ernestine Ouandié choisira de se suicider en 2009, laissant à Teno le soin de lui rendre hommage.

Les films du raphia
Une feuille dans le vent de Jean-Marie Teno
Cameroun - Documentaire – 2013 – 55 minutes

Programme de la semaine des martyrs du Cameroun à Bruxelles

Samedi 8 février 2014

Dès 19 heures : Soirée de recueillement à la rue de Mérode n° 64 à 1060 Saint-Gilles. Un hommage spécial sera rendu à Junior Mbeng assassiné lors des émeutes de février 2008 ainsi que plusieurs autres victimes

Mardi 11 février 2014 / Bruxelles / Rabat / Yaoundé / Monde

10H 00 : Internet et autres Médias (Presse, Radio, Télévision)
LANCEMENT DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION...À destination des invités, des journalistes et des acteurs de la société civile et politique

Samedi 22 février 2014 / Rabat
10H 00 : AGDAL, 6 Rue Anguelmane Sidi Ali, Salle Polyvalente
LANCEMENT DE L’OPÉRATION "TÉLÉGRAMME 2000"

Le but est de recueillir 2000 signatures chez les résidants légaux au Maroc pour adresser un télégramme public à tous les chefs d’états subsahariens et les interpeller sur le drames que vivent les clandestins au Maroc; les 2000 signatures représentent symboliquement les 2000 personnes mortes anonymement en 2013 au large des côtes Marocaines

Dimanche 23 février 2014 / Bruxelles / Rabat

BELGIQUE
10H 00 : Rue Docteur De Meersman, 12 Anderlecht. Eglise Notre-Dame de l’Immaculée.
MESSES DE REQUIEM
Mémoire des victimes des émeutes de février 2008 avec plusieurs autres victimes

MAROC
11H 00 : Place du Golan, Hassan. Cathédrale Saint Pierre.
MESSES DE REQUIEM
Mémoire des victimes des émeutes de février 2008 au Cameroun et des plus de 2000 migrants
morts dans l’anonymat de l’Océan et du désert

Mardi 25 février 2014

Rencontre avec le Député Européen, Marc TARABELLA à 15h au parlement Européen, Bruxelles
Visite de courtoisie de la maman d’une des victimes au Sénat belge

Vendredi 28 février 2014 / Rabat

18H 00 : Salle de spectacle du Centre Saint Pie X, AGDAL, Rabat
SOIRÉE DE COMMÉMORATION DES VICTIMES DE L’IMMIGRATION CLANDESTINE
Allumage des cierges symboliques (chaque participant apporte avec lui un cierge)
Récital de poésies extraites du recueil Cieux Obscurs d’Hermann KENFACK.

Vendredi 28 février 2014/Bruxelles

‘‘Journée de Commémorations’’

-16h : Rassemblement silencieux devant l'ambassade du Cameroun suivi des allocutions et dépôt de gerbe de fleurs

Samedi 08 mars 2014

-Grande conférence

14h00 : Accueil à Sleep Well Youth Hostel, Rue du Damier 23 à 1000 Bruxelles (salle Shumann)

Début de la grande soirée d’hommage

- Ouverture de la conférence par la Sénatrice belge Madame Marie Arena et Madame Colette NJOMGANG-FONKEU, Echevine Etterbeek (Culture – Santé & Bien-être)
- Diffusion documentaire,Février2008, Photographies, Hermann KENFACK, Rabat, 2014 (15min)
- Diffusion dans la salle de conférence de quelques images des victimes de ces émeutes et du film " Une feuille dans le vent" de Jean Marie Teno

Ensuite des séries de témoignages

Thème central "Honneurs à nos martyrs de la liberté "

Organisateur : le Mouvement de février 2008,

Invité surprise : Christopher Fomunyoh, directeur Afrique du NDI, National Democratic Institute

(1) Les Films du Raphia

Contact des organisateurs: asblcebaph@gmail.com ou fev2008cameroun@gmail.com

FICHE TECHNIQUE du film "Une feuille dans le vent"

LANGUES : ANGLAIS ET FRANÇAIS
SOUS-TITRES : FRANÇAIS
FORMAT DE DIFFUSION : DCP ET BLU-RAY ET DVD
IMAGES ET MONTAGE : JEAN-MARIE TENO
DESSINS : KEMO SAMBA
MUSIQUE : BEN’S BELINGA

CONTACT
jmteno@raphia.fr
+33 6 28 34 46 04

UNE PRODUCTION
LES FILMS DU RAPHIA, RAPHIA FILMS PRODUCTION ET L’IGIS (INSTITUT GABONAIS DE L’IMAGE ET DU SON) AVEC LE SOUTIEN DU FONDS FRANCOPHONE DE PRODUCTION AUDIOVISUELLE DU SUD (OIF ET CIRTEF)