Emeutes-Fevrier-2008

Comment a-t-on pu tirer sur les Camerounais en février 2008 ? Qu'est-ce qui s'est passé pour que les forces de l'ordre abattent plusieurs d'entre eux comme un chien? " Six ans, jour pour jour après les évènements tragiques qui ont secoué le Cameroun, dans la dernière semaine de févier 2008, les Camerounais cherchent toujours à comprendre. Ils n'arrivent pas encore à sécher leurs larmes ni à apaiser leur cœur du côté de Bruxelles, Rabat, etc. Au Cameroun, de nombreuses familles ruminent encore leur déconvenue, pleurent encore leurs disparus, morts ou exilés à la suite des émeutes sanglantes de 2008.

Chaque anniversaire du fils, du frère ou du mari rouvre la plaie et charrie le désespoir. Ceux de la diaspora souhaitent organiser des activités diverses au niveau de la diaspora pour commémorer ce triste évènement qui continue à hanter les esprits au Cameroun.

Bruxelles

Le bal a été ouvert cette année par le Mouvement de Février 2008 au Cameroun qui invite dans un communiqué les Camerounais et les amis du Cameroun Vendredi 28 février 2014 ‘‘Journée de Commémorations’’ qui commencera dès 16h par un rassemblement silencieux devant l'ambassade du Cameroun suivi des allocutions et du dépôt de gerbe de fleurs.

Toujours dans le cadre de cette commémoration de nos martyrs, une grande conférence/témoignage aura lieu le samedi 08 mars 2014 dès 14h à Sleep Well Youth Hostel, Rue du Damier 23 à 1000 Bruxelles (salle Shumann).

Sont annoncés à cet évènement de Bruxelles, la Sénatrice belge Madame Marie Arena, l'Echevine Colette NJOMGANG-FONKEU, Hermann KENFACK de Rabat, le cinéaste Jean Marie TENO , Hubert de Luxembourg..sans oublier l'invité surprise Monsieur Christopher FOMUNYOH, directeur Afrique du NDI, National Democratic Institute

Rabat

Au niveau de Rabat au Maroc, le même son de cloche est lancé par les mêmes organisateurs que ceux de Bruxelles. Tout a commencé à Rabat le samedi 22 février dernier à l'AGDAL sise à la 6 Rue Anguelmane Sidi Ali, Salle Polyvalente/Rabat avec le lancement de l'Opération "Télégramme 2000"

Le but selon les organisateurs est de recueillir 2000 signatures chez les résidants légaux au Maroc pour adresser un télégramme public à tous les chefs d’Etats subsahariens et les interpeller sur le drames que vivent les clandestins au Maroc; les 2000 signatures représentent symboliquement les 2000 personnes mortes anonymement en 2013 au large des côtes Marocaines

Toujours à Rabat, le vendredi 28 février 2014 sera consacré dès 18 heures à la soirée de commémoration des victimes de l’immigration clandestine avec au menu le récital de poésies du recueil « Cieux Obscurs » d’Hermann KENFACK suivi des témoignages etc. Cette cérémonie aura lieu à la salle de spectacle du Centre Saint Pie X, AGDAL, Rabat

L'on retiendra qu'il y a six ans, du 25 au 28 février 2008, de jeunes camerounais étaient descendus dans la rue pour protester contre la vie chère et le projet de révision constitutionnelle voulu par le chef de l'Etat, et dire leur ras-le-bol. Il y a eu des affrontements avec les forces de l'ordre.

Le bilan des de cette semaine de manifestation est lourd. 40 morts pour le gouvernement, contre 139 morts pour l'action camerounaise pour l'abolition de la torture (Acat), une Ong locale. De nombreux blessés sont enregistrés dans les hôpitaux pendant que les dégâts matériels se chiffrent à plusieurs centaines de millions. Plus de 3000 jeunes arrêtés seront incarcérés dans les prisons. Quelques uns y séjournent encore parmi lesquels Paul Eric Kingué, l'ex maire de Njombe-Penja

A ce jour, aucune enquête n'a permis d'établir les responsabilités et il est un peu difficile pour les familles des victimes de faire le deuil. Il s'agit donc d'un devoir de mémoire pour rappeler le drame qui a secoué une semaine durant, les principales villes du Cameroun en février 2008.

© Camer.be,4 fev 2014